Connexion

Récupérer mon mot de passe

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
CE QUE JE PROPOSE

Jeu 19 Nov - 14:07 par Admin

POUR LE RÈGLEMENT DU FORUM , JE SUIS DANS L'IMPOSSIBILITÉ DE VOUS OFFRIR UN RÈGLEMENT A SUIVRE TANS QUE C'EST VOTRE FORUM , ALORS LE RESPECT DE L'AUTRE EST LE PRINCIPE , ET JE SUIS SUR QU'ENTRE COLLÈGUES LA CONVIVIALITÉ EST DE MISE .

Commentaires: 0

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Ven 29 Juil - 17:37

Enquête L’Economiste-Sunergia Insubmersible Benkirane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

default Enquête L’Economiste-Sunergia Insubmersible Benkirane

Message par Admin le Sam 30 Mar - 4:01


*Il perd 22 points en un an
*Pas grave: il a encore une marge énorme!
*Les mécontents arrivent péniblement à 22-24%



C’EST dit: Benkirane est un animal politique rare. En un peu plus d’un an de pouvoir, il conserve un courant de sympathie plus que confortable.
L’année dernière, notre sondage avait montré le chef de gouvernement à la tête d’un énorme capital de sympathie: 88% d’opinions favorables, qui disaient leur optimisme, voire leur grand optimisme. Soit des voix bien plus nombreuses (en proportion) que son parti, le PJD, en avait obtenues lors des élections législatives de novembre 2011. Ce qui était en soi un phénomène exceptionnel.
Aujourd’hui, son capital est écorné de 22 points, certes, mais il reste confortable, très confortable, avec un score de 64% de satisfaits et très satisfaits. Soulignons que, sur cette question, il y a très peu de gens qui ne savent pas ou qui ne répondent pas.
La grogne a monté par rapport à janvier 2012. Elle était à 17%. Elle est aujourd’hui à 23%, une petite progression.
L’opposition dira qu’il n’y a rien d’étonnant à un tel capital de confiance: le chef de gouvernement n’a pas engagé d’actions difficiles, même si le péril financier est pressant, reconnu comme tel par ses ministres des Finances. Invité du Club de L’Economiste, Salaheddine Mezouar ne s’est pas fait faute de critiquer «l’inaction pour conserver la sympathie» (cf. L’Economiste du lundi 25 mars 2012). Mais l’opinion publique, elle, ne le voit pas de cette manière. Après un an de pouvoir, le score reste excellent pour Benkirane et son équipe. Pour être parfaitement exact, il faudrait dire que ce capital de satisfaction est d’abord celui de Benkirane lui-même, appuyé de quelques lieutenants: Louardi à la Santé, Rabbah aux Travaux publics-Transport, Ramid à la Justice.
Baha, le ministre d’Etat, ami et soutien personnel du chef de gouvernement, n’existe pas aux yeux de l’opinion publique (cf. infra). Vu sa présence sur la scène politique, rien d’étonnant.


En fait, Benkirane n’a pas, ou pas encore, besoin de garde politique rapprochée: Il «dirige bien le gouvernement», il est «proche des gens» et en plus c’est un «homme de parole». Tous les hommes politiques sur la planète Terre rêveraient que leurs électeurs les décrivent ainsi, au lieu de leur servir de têtes de turcs favorites!
Qui sont les plus grands supporters du chef de gouvernement?
Quand il s’agit de «l’homme de parole», c’est ouvertement les catégories les plus défavorisées et plutôt en ville qui l’affirment.
Quand il s’agit de l’homme qui «dirige bien le gouvernement», c’est nettement l’opinion des ruraux, des 35-65 ans et des habitants de l’Oriental.
Quand il s’agit de dire s’il est proche des problèmes des gens, alors Benkirane fédère les riches, les Marrakchis et les hommes de 45 à 54 ans.


Le chef de gouvernement a-t-il quelque part de fermes opposants? Non, les critiques tournent à 22-24%, réparties un peu partout, dans toutes les catégories, tous les âges…
Dans un tel paysage, pas étonnant que les partis de l’opposition parlementaire ou extra-parlementaire, n’arrivent pas à s’accrocher. C’est lisse partout.
Il leur faudra trouver d’autres ressorts que le programme politique, puisque de programme politique, il n’y en a pas et que l’opinion publique n’en tient pas rigueur à Abdelilah Benkirane.

«Je vous passe mon mari…»
LES enquêteurs ont rencontré un phénomène assez étrange, en tout cas qui ne s’était jamais présenté lors d’une enquête de Sunergia pour le compte de L’Economiste: il y a eu une part importante de refus et/ou d’abandons, surtout chez les femmes. Certaines interlocutrices ont proposé de passer leur téléphone à leur mari pour qu’il réponde à leur place.
Les questionnaires non-aboutis sont 729, dont à peu près un tiers d’abandons en cours de route. C’est un phénomène inédit que les enquêteurs et les analystes de Sunergia ne s’expliquent pas. En revanche, il y a un autre phénomène qui, lui, s’explique très bien: un nombre incroyablement élevé d’appels sans réponses, 2.638 exactement, soit un peu plus de 41% des appels.
Le chiffre est trop élevé pour que ce soit une simple question d’indisponibilité du correspondant. La réalité derrière ce phénomène est que les opérateurs du mobile laissent, sciemment ou pas, un très grand nombre de numéros en déshérence.


N. S.
Édition N° 3999 du 2013/03/29

_________________
WWW.MESPOEMES.NET/YOUSSEF
avatar
Admin
Admin
Admin

Messages : 1776
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 53
Localisation : TAZA / MAROC

http://enqueteurs06-99.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum