Connexion

Récupérer mon mot de passe

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
CE QUE JE PROPOSE

Jeu 19 Nov - 21:07 par Admin

POUR LE RÈGLEMENT DU FORUM , JE SUIS DANS L'IMPOSSIBILITÉ DE VOUS OFFRIR UN RÈGLEMENT A SUIVRE TANS QUE C'EST VOTRE FORUM , ALORS LE RESPECT DE L'AUTRE EST LE PRINCIPE , ET JE SUIS SUR QU'ENTRE COLLÈGUES LA CONVIVIALITÉ EST DE MISE .

Commentaires: 0

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Sam 30 Juil - 0:37

Les Marocains se mettent aux compléments alimentaires : un marché de 70 MDH par an

Aller en bas

default Les Marocains se mettent aux compléments alimentaires : un marché de 70 MDH par an

Message par Admin le Jeu 5 Avr - 12:32



Plus de vingt importateurs ont investi ce créneau en écoulant leurs produits dans les pharmacies, les parapharmacies et les points de vente spécialisés. Le marché reste dominé par les marques françaises. Le prix des produits varie de 250 à 400 DH, mais les distributeurs font souvent d'importantes promotions.

Les Marocains se mettent aux compléments alimentaires : un marché de 70 MDH par an Pack-t10

Lutter contre le stress, compenser des carences en vitamines et sels minéraux, préparer sa peau à la morsure du soleil ou, plus fréquent, renforcer un régime minceur. C’est ce que promettent les compléments alimentaires dont le marché enregistre une croissance appréciable. Le chiffre d’affaires généré par ces produits totalise en effet plus de 70 MDH par an. Une vingtaine d’importateurs ont investi ce secteur et les différents distributeurs avancent trois raisons principales pour expliquer le développement de leur créneau. Il s’agit en premier de la nécessité de prendre ces produits de soutien et d’appoint dans le traitement des pathologies lourdes et chroniques imposant des régimes alimentaires stricts. Deuxièmement, le rythme de la vie actuelle entraîne un stress et par conséquent des dysfonctionnements que les compléments alimentaires peuvent aider à surmonter. Enfin, l’implantation des salles de sport et de fitness qui, outre l’exercice physique, sensibilisent leur clientèle à la discipline corporelle qui encourage la consommation de compléments alimentaires.
Comment définit-on les compléments alimentaires ? Ni médicaments, ni aliments non plus, ce sont des denrées dont le but est de compléter le régime alimentaire normal et qui constituent une source concentrée de nutriments ou d’autres substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique, seuls ou combinés. Même s’il ne s’agit pas de médicaments, leur dosage doit être précis, vu les effets secondaires potentiels.

La part de ces produits dans le chiffre d’affaires des pharmacies ne dépasse pas 5%

Au Maroc, la mise sur le marché des compléments alimentaires est soumise au contrôle du ministère de la santé et obéit aux mêmes règles que les médicaments. «Une mise sur le marché pour un complément alimentaire se fait sur la base d’un dossier comportant l’ensemble des analyses et des tests auquel il a été soumis ainsi que les spécifications scientifiques du produit. L’accord du ministère de la santé est donné après examen du dossier qui peut durer plusieurs mois», indique un importateur de ces produits. C’est dire que la composition de ces produits est surveillée afin de garantir la sécurité des consommateurs. C’est pourquoi les fabricants doivent respecter un certain nombre de règles et sont tenus d’utiliser, d’une part, les ingrédients faisant partie d’une liste positive de vitamines et minéraux autorisés et, d’autre part, chaque élément doit répondre à un dosage maximal qui diffère selon les personnes auxquelles le complément est destiné. C’est dans ce souci que les distributeurs affirment assurer un conseil pour orienter et conseiller les utilisateurs.
«Pour certains cas, par exemple, les personnes atteintes de maladies chroniques tels que le diabète ou l’hypertension, on demande aux patients d’aller d’abord consulter le médecin traitant», expliquent les responsables de La Vie Claire, importateur connu de compléments alimentaires.
Et c’est dans ce même souci de sécurité du consommateur que les laboratoires Sanofi-Aventis, distributeur depuis mai 2011 de la gamme Oenobiol, ont entrepris un travail de sensibilisation auprès des médecins, notamment les dermatologues, les nutritionnistes diététiciens ainsi que les gynécologues. Objectif : inciter à une prescription médicale des compléments alimentaires pour soutenir un traitement contre le vieillissement de la peau, un traitement hormonal (ménopause) ou encore soutenir un régime amincissant.
Les compléments alimentaires sont distribués dans les pharmacies, parapharmacies ainsi que dans certains points de vente spécialisés comme La Vie Claire, supermarché spécialisé dans les produits bio, qui a décidé d’élargir son offre aux compléments alimentaires. L’enseigne distribue depuis 2011 ce type de produits et s’apprête à importer une nouvelle gamme de compléments alimentaires en provenance de France et d’Allemagne. Le secteur reste cependant dominé essentiellement par des marques françaises telles que Forté Pharma, Oenobiol, Nutri Santé, Urgo Activ et Vitarmonyl. Les marques américaines, pionnières sur le marché marocain, ont enregistré un net recul, selon les importateurs, puisque les statistiques disponibles révèlent que leur part de marché n’atteint pas les 10%. Cette baisse est due, explique le gérant d’une parapharmacie, au fait que les gammes américaines sont essentiellement constituées de produits vitaminés ou multivitaminés. Alors qu’actuellement les gammes sont beaucoup plus larges, répondant à une demande de plus en plus pointue.
Le prix d’un complément alimentaire varie globalement de 250 à 400 DH. Toutefois, les parapharmacies notent que l’on trouve de plus en plus de produits coûtant 12 à 200 DH. Sans compter que pharmacies et parapharmacies font des promotions, au début de l’automne ou de l’été, qui peuvent aller jusqu’à 40% sur certains produits. Les promotions sont plus fréquentes chez celles qui souhaitent développer des rayons dédiées aux compléments alimentaires. Aujourd’hui, leur part dans le chiffre d’affaires ne dépasse pas 5%.

Produits : Amincissants et anti-chute de cheveux sont les plus demandés
L’offre porte aujourd’hui sur les compléments alimentaires destinés aux problèmes dermatologiques, hormonaux et diététiques. Les ventes révèlent en effet que, globalement, les produits les plus demandés, indique-t-on chez Sanofi-Aventis, sont ceux destinés aux soins capillaires (les anti-chute de cheveux) suivis par les amincissants et enfin les produits solaires. Mais, les distributeurs ne manquent pas de souligner que la demande varie en fonction des périodes. Ainsi en automne, ce sont les produits capillaires qui sont les plus demandés alors qu’à l’approche de l’été, ce sont plutôt les amincissants. Selon des pharmaciens interrogés par «La Vie éco», le produit Turbo Drain de Forté Pharma, distribué par Pharma Shop, réalise de grosses ventes. La demande provient essentiellement des catégories socioprofessionnelles A et B.


Aziza Belouas.
Les Marocains se mettent aux compléments alimentaires : un marché de 70 MDH par an Logo-1772012-04-05

_________________
WWW.MESPOEMES.NET/YOUSSEF
Admin
Admin
Admin
Admin

Messages : 1776
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 55
Localisation : TAZA / MAROC

https://enqueteurs06-99.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum