Connexion

Récupérer mon mot de passe

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
CE QUE JE PROPOSE

Jeu 19 Nov - 21:07 par Admin

POUR LE RÈGLEMENT DU FORUM , JE SUIS DANS L'IMPOSSIBILITÉ DE VOUS OFFRIR UN RÈGLEMENT A SUIVRE TANS QUE C'EST VOTRE FORUM , ALORS LE RESPECT DE L'AUTRE EST LE PRINCIPE , ET JE SUIS SUR QU'ENTRE COLLÈGUES LA CONVIVIALITÉ EST DE MISE .

Commentaires: 0

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Sam 30 Juil - 0:37

Caisse de Compensation: quelles perspectives?

Aller en bas

default Caisse de Compensation: quelles perspectives?

Message par Admin le Jeu 14 Juil - 16:39

La crise que connait le monde depuis 2007, continue encore de parler d’elle, avec de plus en plus d’insistance dans plusieurs économies du monde. Au Maroc ses effets apparaissent aujourd’hui sur différents secteurs tels que le textile, le tourisme, les transferts des MRE… C’est dans ce contexte, que la caisse de compensation semble avoir atteint ses limites eu égard aux missions réelles ou supposées qui lui sont dévolues. L’esprit de la caisse laissait à penser que cet outil serait efficace pour éradiquer la précarité, lever les menaces sur le pouvoir d’achat en neutralisant les cours haussiers du pétrole et les flambées des prix des denrées alimentaires ; et d’une façon plus générale réussir à instaurer plus d’équité dans la répartition des fruits de la croissance.

Après avoir essayé de maintenir le cap pendant près de deux ans dans un environnement dominé par les manifestations de la crise financière mondiale, le Maroc s’est rendu compte qu’il ne pouvait rester longtemps à l’abri de la contagion. Il est appelé à adopter une démarche sur le moyen terme, à commencer par la loi de finances de 2011, appelée à réduire les dépenses de fonctionnement des administrations et autres établissements publiques, à contenir l’augmentation des salaires et les dépenses de la caisse de compensation.

En effet, malgré le fait avéré de la dégradation de la conjoncture internationale, le Maroc ne se résout que modérément à reconnaitre les retombées de la crise alors que les signes précurseurs de contraction de la croissance se manifestent déjà et se font plus pressants dans certains secteurs. Le secteur textile a entamé une tendance baissière depuis 2008 avec un repli à 3,2%. L’offshoring a créé un mouvement de panique au cours du premier semestre de 2010 en raison des tentatives françaises notamment de lutter contre les délocalisations. Les équipementiers liés à la sous-traitance automobiles sont sous l’emprise directe de la récession due à la contraction des ventes de voitures automobiles dans les métropoles européennes. Les transferts des MRE en enchevêtrement des recettes touristiques ne sont pas à l’abri de la crise et forment une courroie de transmission directement amarrés aux revenus des ménages et à leur pouvoir d’achat et expliquent même parfois les méventes que connait le secteur immobilier.

Bref, le paysage ainsi décrit laisse présager que cette phase de crise n’est pas sans nécessiter de sérieuses adaptations de la politique économique pour mieux gérer la conjoncture. Dans ce cadre les dispositifs relatifs à l’économie sociale, s’agissant particulièrement des programmes de soutien à l’emploi et à la consommation, doivent faire l’objet d’attention particulière pour éviter la détérioration du niveau de vie des populations vulnérables.

La caisse de compensation a été créée, en tant qu’instrument de péréquation, dans l’appui aux différents secteurs déficitaires, particulièrement dans l’artisanat et l’agriculture. Puis dans les années 80, le programme d’ajustement structurel a réduit le rôle de la caisse à un simple filet de sécurité sociale pour la protection des populations les plus vulnérables. Aujourd’hui, force est de constater que cela n’a pas permis de briser le cycle du transfert de la pauvreté entre génération comme escompté.

En 2010, sous l’hypothèse d’un cours de 75 dollars le baril de pétrole, la Loi de Finances 2010 a consacré 14 milliards de DH à la compensation. Ce montant, consommé à 95% pour couvrir les seuls besoins du premier semestre, demande donc un rectificatif. Ainsi, le niveau exigible de l’allocation annuelle semble s’établir autour des 30 milliards de DH ou 5% du PIB. Un tribut lourd à assumer pour un pays engagé dans la réalisation d’un large éventail de grands chantiers structurants très avides en dépenses d’investissement.

D’autant plus que nombreux sont ceux qui considèrent ce système comme inique du fait qu’il profite essentiellement aux couches des populations favorisées. En fait, la protection exercée aux frontières pour garantir un prix minimum à l’agriculteur marocain et soutenir la compétitivité des manufactures locales contre les produits finis importés confère un caractère inachevé à la libéralisation entamée. Cette situation est doublement pénalisante car elle permet d’une part, d’entretenir la survivance de secteurs à faible productivité et empêche, d’autre part, de faire parvenir l’essentiel de la subvention au consommateur final. En effet, les coûts prohibitifs de la subvention et les déficiences de ciblage des populations nécessiteuses, sans compter le non-respect de l’indexation des prix des produits pétroliers confèrent à la réforme un caractère d’urgence.

Toujours est-il que les réformes de la caisse de compensation, amorcées à ce jour, se cherchent et essaient de s’inspirer de certaines expériences, entreprises à travers le monde, parrainées par la Banque Mondiale et considérées comme relativement réussis. L’expérience la plus concluante à cet égard, est celle du Mexique dite Tequila lancée en 1997 et qui ressemble à notre programme Tayssir. En effet, le ciblage concerne des groupes de personnes classées comme pauvres et qui font l’objet d’une aide directe conditionnée par la scolarisation de leurs enfants. L’analyse coût-efficacité a montré que cette opération a largement rempli l’objectif qui lui été assigné. La pauvreté a été réduite de moitié pour un coût qui n’a guère dépassé 0,5% du PIB. Il ne reste plus qu’à espérer que ce système accepte, avec la même efficience, la transposition au Maroc qui peine à contenir la compensation dans les limites de 4%.

Le processus de mondialisation et l’interconnexion planétaire ont fini par transmettre à la plupart des pays en voie de développement la hausse des prix des aliments de base et des denrées de première nécessité. Le Maroc, à l’image d’autres pays en développement, s’essaie à appliquer différents types de mesures qui peuvent être de nature fiscale, par la réduction des droits de douane sur les denrées alimentaires de première nécessité ou d’ordre procédurale, par la fixation et le contrôle des prix des denrées nécessaires, ou encore plus ouvertement interventionniste en subventionnant les prix des intrants, comme le carburant, ou en octroyant des aides directes aux populations démunies.

Cependant, si on peut prêter à la compensation la vertu de juguler l’inflation on ne peut s’empêcher de lui reprocher sa faculté d’engendrer des poches de rentes qui favorisent la stagnation et entravent le processus productif. Les solutions doivent être soutenues par des dispositions profondes à moyen et à plus long terme pour limiter les effets contrastés sur les équilibres socio-économiques. Car, si la compensation peut servir de palliatif, elle ne peut être la panacée pour améliorer le niveau de vie des ménages et encore moins être un remède pour éviter la stagflation.


Caisse de Compensation: quelles perspectives? Logo12 Date : 2010-10-30
Auteur : CMC_Malika



_________________
WWW.MESPOEMES.NET/YOUSSEF
Admin
Admin
Admin
Admin

Messages : 1776
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 55
Localisation : TAZA / MAROC

https://enqueteurs06-99.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum