Connexion

Récupérer mon mot de passe

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
CE QUE JE PROPOSE

Jeu 19 Nov - 21:07 par Admin

POUR LE RÈGLEMENT DU FORUM , JE SUIS DANS L'IMPOSSIBILITÉ DE VOUS OFFRIR UN RÈGLEMENT A SUIVRE TANS QUE C'EST VOTRE FORUM , ALORS LE RESPECT DE L'AUTRE EST LE PRINCIPE , ET JE SUIS SUR QU'ENTRE COLLÈGUES LA CONVIVIALITÉ EST DE MISE .

Commentaires: 0

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Sam 30 Juil - 0:37

Voter, un devoir mais un droit d'abord

Aller en bas

default Voter, un devoir mais un droit d'abord

Message par Admin le Mar 15 Nov - 12:40




L'ancien et célèbre Premier ministre britannique, Winston Churchill, tout à sa fougue et à son indécrottable orgueil, avait pour habitude de rétorquer à ses détracteurs que « la démocratie est le moindre mal». D'aucuns s'interrogeront sur la dimension sémantique de ce propos, alors que pointe à l'horizon l'échéance du 25 novembre. Depuis que le choix a été fait il y a plus de cinquante ans déjà sur la nature de nos institutions, à savoir la démocratie et le libéralisme, le problème ne se pose plus désormais qu'en termes de procédures et de mise en œuvre.


Le choix démocratique n'est pas et n'a jamais été un exercice de style. Mais une bataille de tous les jours, qu'il convient de conforter sur la base d'un débat contradictoire.Le peuple profond, celui des campagnes et des milieux ruraux, n'a jamais monnayé son adhésion au principe démocratique. Il témoigne de son attachement irréductible aux institutions monarchiques et à l'Etat qui les incarne. Il exprime également son adhésion aux politiques issues de ce choix, dont la modernisation des institutions, le progrès économique, la solidarité internationale et l'alternance politique en interne représentent, à ses yeux, les choix fondamentaux et judicieux. Le Roi a opté pour la démocratie et les libertés, le peuple adhère ainsi à ce choix.

Il vote, disons plébiscite massivement la nouvelle Constitution, apporte son soutien total au projet ambitieux d'une société nouvelle, articulée sur des institutions représentatives, lesquelles sont incarnées obligeamment par des hommes et des visages nouveaux. L'annonce par les autorités, et ce n'est pas le moindre détail, que plus de 86% des candidats aux élections se présentent pour la première fois, témoigne à la fois de l'irréversible tendance sociologique qui se dessine et du nécessaire renouvellement des élites souhaité.
Nous ne saurions nous priver d'un satisfecit justifié par le constat qu'à nouvelle époque, nouveaux hommes ! Le tournant du 25 novembre nous révèle un champ inédit, marqué certes au coin des interrogations pour ne pas dire de quelque perplexité. Autant la sérénité, voire même la confiance, imprègne le comportement du peuple, dans ses profondeurs et ses attentes, autant un inadmissible scepticisme traverse et ravage ceux des représentants des élites urbaines.

C'est-à-dire les milieux « bourgeois » et quelques têtes désabusées des grandes villes. Ils jubileraient quasiment à l'idée d'un échec de l'expérience en cours, s'inclineraient et s'aligneraient comme Pavlov sur le gagnant quand bien même il représenterait l'adversaire affiché de leurs intérêts…A l'aune d'une telle appréciation, on ne peut que s'étonner que d'aucuns-représentant l'élite pourtant-prennent la liberté et le risque de recommander l'abstention. L'abstention, contrairement à ce qu'on laisse croire, n'est pas la protestation ou la sanction, mais un réflexe irresponsable et défaitiste.

Voter juste, voter utile ou voter pour crier sa colère ! Peu importe, chaque citoyenne et chaque citoyen sont libres, en conformité avec leurs choix et leurs attentes, ils doivent s'exprimer. Ils ne doivent pas céder aux campagnes de dénigrement et d'infantilisme, aux appels démagogiques proférés ici et là. La liberté a son prix, et Dieu sait qu'elle nous en coûte d'autant plus cher qu'il nous a fallu de longues années de combat, un impitoyable exercice d'examen contre nous-mêmes pour ne pas apprécier aujourd'hui, à sa juste valeur, sa dimension. Le vote est un acte libre, il relève de notre conscience individuelle et de notre devoir collectif. Le vote est un droit, autant apprécié qu'un devoir. Notre participation au scrutin, quelle que soit l'importance de celui-ci, relève à la fois de la responsabilité morale que de l'expression de notre liberté.



Par LE MATIN
Voter, un devoir mais un droit d'abord Lemati94 Publié le : 14.11.2011 | 18h28

_________________
WWW.MESPOEMES.NET/YOUSSEF
Admin
Admin
Admin
Admin

Messages : 1776
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 55
Localisation : TAZA / MAROC

http://enqueteurs06-99.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum