Connexion

Récupérer mon mot de passe

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
CE QUE JE PROPOSE

Jeu 19 Nov - 14:07 par Admin

POUR LE RÈGLEMENT DU FORUM , JE SUIS DANS L'IMPOSSIBILITÉ DE VOUS OFFRIR UN RÈGLEMENT A SUIVRE TANS QUE C'EST VOTRE FORUM , ALORS LE RESPECT DE L'AUTRE EST LE PRINCIPE , ET JE SUIS SUR QU'ENTRE COLLÈGUES LA CONVIVIALITÉ EST DE MISE .

Commentaires: 0

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Ven 29 Juil - 17:37

Alors que l’offre couvre largement la demande : 2.500 DH pour le bélier moyen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

default Alors que l’offre couvre largement la demande : 2.500 DH pour le bélier moyen

Message par Admin le Ven 4 Nov - 10:44




Contrairement aux rumeurs qui courent les rues, les prix du mouton ont légèrement bougé cette année. L’inflation est faiblement ressentie au niveau des principaux points de vente, notamment ceux installés sur la route de Médiouna, à la sortie de Casablanca. Selon la race ou le terroir, les prix du mouton varient de 44 DH le kilo pour El Bergui de Tadla ou Demmane du sud de l’Atlas, à 47 DH/kg pour Sardi de Kalât des Sraghna et Beni M’Skine. Comparés à l’année dernière, les prix ont connu une petite hausse de1 DH/kg. Il est vrai qu’à l’intérieur de la ville, certains vendeurs, pour attirer le chaland, ont loué des locaux dans divers quartiers de la ville, mais proposent le mouton du sacrifice à des prix exagérément élevés -intégrant de toute évidence les charges liées à la location et au gardiennage-. De plus, il y a cette fâcheuse habitude chez la majorité des marocains qui consiste à acheter le mouton à vue d’œil. Une aubaine, sans doute, pour les «Chennaka» d’abuser encore plus de la crédulité des acheteurs. Il faut savoir que, depuis de longues années, le marché du mouton a bien évolué. A deux semaines du jour de l’Aïd Al Adha, les éleveurs montent leurs chapiteaux (ou tentes) pour la vente directe du mouton -de qualité garantie- à des prix défiant toute concurrence. Seuls les initiés le savent, profitant aussi des facilités offertes comme le gardiennage de la bête sans frais et le paiement en deux fois. Un acompte pour la réservation et le reste à la sortie.
Cela dit, le commerce du mouton représente l’événement principal de la semaine, aux yeux des ménages marocains. Il faut débourser entre 2.000 DH et 3.000 DH pour se payer le mouton du sacrifice. Sachant, qu’en principe, les prix évoluent à la hausse, dans une fourchette de 4 à 6%, selon les villes et la conjoncture (état du pâturage, générosité du ciel, qualité et origine de la race, etc.)
Dans un communiqué par la presse, il y a une semaine, le département de tutelle, sans donner de précisions sur les prix, rassure sur «l'état sanitaire et d'embonpoint des animaux», mais aussi la large couverture des besoins des ménages marocains. Il est vrai que «les prix des animaux destinés au sacrifice de l'Aïd Al Adha, sont soumis à la loi de l'offre et de la demande et varient selon la qualité, la race, l'âge des animaux, du lieu et de la date de l'achat».
Sauf que cette année 2011, en raison du retard des pluies d’automne, l’offre fourragère a connu quelques perturbations, poussant les prix à la hausse. Pourtant, les éleveurs semblent se contenter de la faible marge pour écouler les bêtes. C’est parce qu’ils ont eux aussi des charges (remboursement des crédits, et charges de la rentrée agricole)
D’après le département de l’élevage du ministère de l’Agriculture, l’offre couvre largement la demande. On estime à plus de 7 millions de têtes l’offre cette année, sachant que la demande est peu extensible d’une année à l’autre, évoluant aux alentours de 5-6 millions de têtes.
Paradoxalement, faute d’une bonne organisation du marché et en raison de la multiplication des spéculateurs, les prix finissent toujours à la hausse au détriment du pouvoir d’achat des ménages marocains. Il faut dire que le commerce du mouton de l’Aïd mérite une réflexion pour une meilleure organisation. Tel qu’il se déroule, il renvoie l’image d’un Maroc peu évolué. Dire que l’Aïd Al Adha représente une opportunité de transfert de liquidité vers le monde rural est difficilement vérifiable, puisque l’essentiel de la marge profite aux spéculateurs occasionnels.


Écrit par A.K.
AL BAYANE 04/10/2011

_________________
WWW.MESPOEMES.NET/YOUSSEF
avatar
Admin
Admin
Admin

Messages : 1776
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 53
Localisation : TAZA / MAROC

http://enqueteurs06-99.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum