Connexion

Récupérer mon mot de passe

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
CE QUE JE PROPOSE

Jeu 19 Nov - 21:07 par Admin

POUR LE RÈGLEMENT DU FORUM , JE SUIS DANS L'IMPOSSIBILITÉ DE VOUS OFFRIR UN RÈGLEMENT A SUIVRE TANS QUE C'EST VOTRE FORUM , ALORS LE RESPECT DE L'AUTRE EST LE PRINCIPE , ET JE SUIS SUR QU'ENTRE COLLÈGUES LA CONVIVIALITÉ EST DE MISE .

Commentaires: 0

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Sam 30 Juil - 0:37

Prestations hospitalières : Une nouvelle grille des tarifs est entrée en vigueur

Aller en bas

default Prestations hospitalières : Une nouvelle grille des tarifs est entrée en vigueur

Message par Admin le Dim 9 Oct - 16:30

Prestations hospitalières : Une nouvelle grille des tarifs est entrée en vigueur  Hopita10

De nouvelles tarifications sont en vigueur au niveau des hôpitaux publics. Ces tarifs concernent plusieurs prestations, c’est notamment le cas des examens de radiologie, les examens biologiques… Ces augmentations des tarifs qui ont concerné certains examens

s’effectuent à bas bruit, c’est comme dirait l’autre des injections sous cutanées que l’on cherche à effectuer sans que le malade ressente des douleurs, mais il faut dire que sa maigre bourse s’en ressent parfois gravement.
On peut dire que ces augmentations des tarifs en vigueur au niveau des hôpitaux publics sont passés presque inaperçus sauf bien entendu pour celui qui à l’habitude de payer ses soins au niveau des structures hospitalières.
Cette nouvelle tarification, revue à la hausse pour certaines prestations et à la baisse pour d’autres intervient dans un contexte un peu particulier. En d’autre terme le moment est mal choisi pour ce genre de chamboulement des tarifs au niveau de structures très sensibles comme les hôpitaux publics.
Les réactions face à la nouvelle grille des tarifs désormais en vigueur au niveau des hôpitaux SEGMA, sont diversement perçues et analysées sous plusieurs angles.
Pour les professionnels de santé, la nouvelle grille des tarifs va améliorer les recettes des hôpitaux et par conséquent, améliorer la qualité de la prise en charge des citoyens, notamment ceux qui n’ont pas de couverture sociale (AMO), c'est-à-dire les indigents, les économiquement démunis, celles et ceux qui présentent des certificats d’indigence et ne payent par conséquent rien pour les prestations fournies , des clients insolvable qui représentent prés de 80 % des usagers des hôpitaux publics.
Toujours selon les professionnels de santé, les prestations de soins offertes à la population sont sous estimées, sous évaluées, en d’autres termes les coûts appliqués au niveau des hôpitaux restent en deçà de leur véritable prix de revient. La nouvelle grille des tarifs et les quelques augmentations qu’elle contient va permettre à certains hôpitaux de générer des revenus supplémentaires, ce qui contribuera sans nulle doute à maintenir ces structures à flot et permettra à ces hôpitaux de continuer leur mission de service public.

Celle des usagers

Celles et ceux qui paient les prestations sont mécontents, ils n'arrivent pas à digérer les récentes augmentations appliquées depuis quelques jours au niveau des hôpitaux publics d'autant plus que les prestations de service n'ont pas changé d'un iota, l’accueil est le même, la qualité des soins est approximative, la propreté et l’hygiène des locaux sont à revoir, certaines pratiques restent encore vivaces et ont la peau dure, ce qui a leur avis rend la nouvelle grille des tarifs hospitaliers inacceptable.

De la gratuite des soins


C’est une question de bon sens, est-ce que nous voulons, oui ou non garantir le droit à la santé pour tout le monde comme il est couramment avancé dans les discours officiels.
Il faut reconnaître que cette question de tarification des prestations est épineuse surtout au regard des choix qui sont opérés par le Maroc depuis des décennies dans le domaine de la gratuité des soins. Des soins qui étaient certes très limités , du temps de la pommade ophtalmique, du mercurochrome, l’alcool iodé, de l’aspirine et du ganidan, l’épique des salles communes ou s’entassaient parfois 20-30 ou 40 malades
Cette époque est aujourd’hui révolue, la médecine a évoluée, les hôpitaux sont devenus de hauts lieux de la médecine où se pratique des interventions à cœur ouvert, des greffes d’organes.
Au niveau des structures hospitalières exercent des professionnels de diverses spécialités et profils, on traite des maladies qui autrefois étaient synonymes de morts certaines
La gratuité de la prise en charge concerne des prestations onéreuses (scanner – IRM - echo …) les femmes qui accouchent au niveau des maternités sont prises en charge gratuitement , et puis il y a l’achat des médicaments, la haute technologie, la formation, les recrutements …
Comme on peut le constater, la gratuité des soins au niveau des hôpitaux a une incidence sur la marche de ces mêmes hôpitaux, car elle érode lourdement leur budget surtout lorsqu’on sait que 80 % des malades qui se présentent aux établissements hospitaliers fournissent des certificats d’indigence en guise de paiement des factures établies.
Cette situation n’est pas aisée et nos concitoyens ne font rien pour aider les hôpitaux en ce qui concerne le paiement des soins, pour nombre d’entre eux la gratuité est un acquis. Ils acceptent de payer l’eau, l’électricité, le ticket du bus, mais ne veulent rien entendre quand il s’agit des hôpitaux qui présentent des prestations qui ont un coût.
Pour conclure, nous dirons que la santé n’a certes pas de prix, encore faut-il avoir de quoi payer. C’est là toute la question.

Écrit par Ouardirhi Abdelaziz
AL BAYANE 09/10/2011

_________________
WWW.MESPOEMES.NET/YOUSSEF
Admin
Admin
Admin
Admin

Messages : 1776
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 55
Localisation : TAZA / MAROC

http://enqueteurs06-99.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum