Connexion

Récupérer mon mot de passe

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
CE QUE JE PROPOSE

Jeu 19 Nov - 21:07 par Admin

POUR LE RÈGLEMENT DU FORUM , JE SUIS DANS L'IMPOSSIBILITÉ DE VOUS OFFRIR UN RÈGLEMENT A SUIVRE TANS QUE C'EST VOTRE FORUM , ALORS LE RESPECT DE L'AUTRE EST LE PRINCIPE , ET JE SUIS SUR QU'ENTRE COLLÈGUES LA CONVIVIALITÉ EST DE MISE .

Commentaires: 0

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Sam 30 Juil - 0:37

Miel: Le producteur Apia investit Casablanca

Aller en bas

default Miel: Le producteur Apia investit Casablanca

Message par Admin le Mar 12 Juil - 9:04

- Une distinction dans les produits du terroir
- Production moyenne de 20 tonnes par an
- 3 millions de dirhams de CA


LA Coopérative de production, de transformation et de vente des produits du terroir Apia ouvre ses portes à Casablanca. En effet, après le succès de ses magasins spécialisés dans la vente de ses propres produits à Rabat, Ouazzane ou encore Maline en Belgique, Apia donne aujourd’hui rendez-vous aux Casablancais.
La coopérative a bien compris les leçons du passé! L’on ne peut pas se résoudre à suivre le modèle européen. Ce dernier se dirige vers l’insémination artificielle des reines abeilles. Néanmoins, elles vivent moins longtemps et sont diminuées sur le plan immunitaire. En ce second millénaire, les effets néfastes de la chimie sur la santé se font de plus en plus ressentir. Pour une qualité optimale, les produits sont tous fabriqués et écoulés par la coopérative. Un travail main dans la main avec la femme rurale, les paysans et les producteurs des régions, fait que les produits riment avec qualité.
Entre les amoureux du miel et Apia, l’histoire ne date pas d’hier. La coopérative, créée en 1998 par l’ingénieur agronome Abdelilah Daoudi, connaît une success story digne des PME les mieux structurées.
Apia ne veut plus se réduire au miel. Dans un souci d’innovation, la coopérative a élargi sa gamme de produits (l’huile d’olive extra vierge, l’huile d’argan, olives traditionnelles, smen, confitures maison, plantes médicinales, huiles essentielles et cosmétiques). L’apiculture n’est pas en reste, puisqu’il y a autant de types de miel que de types de floraison. Une vingtaine de variétés sont commercialisées (thym de Souss, thym Moyen Atlas, origan, euphorbe, daghmouss, moutarde blanche, oranger, eucalyptus, lavande…). L’objectif étant «de tourner autour de 20 tonnes de miel en moyenne par an», déclare Abdelilah Daoudi, président d’Apia.
Dans un contexte mondial marqué par la sécurité alimentaire, la maîtrise des process de fabrication donne aux produits une garantie d’authenticité et rejoint le plaisir du palet.
En parfait écolo, la coopérative a choisi de produire propre sans nuire à l’environnement. L’huilerie d’Ouazzane est équipée d’un système de dépollution pour traiter tous les rejets. Elle est perçue comme étant un exemple au niveau national vu que c’est la première à être dotée d’un tel système.
Il est à préciser qu’Apia est exonérée d’impôts. «On paie seulement les impôts locaux et la patente, car notre chiffre d’affaires est de 3 millions de dirhams», explique Abdelilah Daoudi.
Apia se veut être une coopérative citoyenne. Les experts s’accordent à dire que l’apiculture nécessite une parfaite connaissance des abeilles et de la botanique mellifère. Du coup, la coopérative a participé à plusieurs programmes de développement, de formation des agriculteurs et des paysans.
Pour rappel, le pic des ventes concernant le miel est souvent atteint lors du mois de Ramadan. L’avenir s’annonce prometteur pour Apia vu qu’elle s’implante au bon moment. Notons qu’Apia, et ses produits, est lauréate de plusieurs prix dont «le prix des meilleurs produits du terroir au Maroc», au dernier Siam 2011. Une pareille distinction permettra à l’entreprise d’étendre ses ambition à l’étranger.

Histoire d’une exonération
LES coopératives ont toujours été exonérées. «Cependant, depuis la loi de finances de 2005, les coopératives aux chiffres d’affaires dépassant les 5 millions de DH, et faisant de la transformation, paient normalement leurs impôts», explique Abdelkader Alami, directeur de l’Office du développement de la coopération.
Dans ce sens, les coopératives faisant simplement du ramassage, dont le chiffre d’affaires dépasse ladite limite, sont exonérées.

Miel: Le producteur Apia investit Casablanca Eco18 Édition N° 3570 du 2011/07/11
Badr KIDISS,
journaliste-stagiaire ESJC

_________________
WWW.MESPOEMES.NET/YOUSSEF
Admin
Admin
Admin
Admin

Messages : 1776
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 55
Localisation : TAZA / MAROC

http://enqueteurs06-99.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum