Connexion

Récupérer mon mot de passe

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
CE QUE JE PROPOSE

Jeu 19 Nov - 21:07 par Admin

POUR LE RÈGLEMENT DU FORUM , JE SUIS DANS L'IMPOSSIBILITÉ DE VOUS OFFRIR UN RÈGLEMENT A SUIVRE TANS QUE C'EST VOTRE FORUM , ALORS LE RESPECT DE L'AUTRE EST LE PRINCIPE , ET JE SUIS SUR QU'ENTRE COLLÈGUES LA CONVIVIALITÉ EST DE MISE .

Commentaires: 0

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Sam 30 Juil - 0:37

Maroc : l’opposition vers l’isolement

Aller en bas

default Maroc : l’opposition vers l’isolement

Message par Admin le Ven 8 Juil - 22:14

«Mais qu’est-ce qu’ils veulent encore !» hurle un jeune homme du quartier de Sebta, à Casablanca, le visage crispé, les yeux révulsés de colère. Depuis dix minutes, avec une dizaine d’autres jeunes, il jette tout ce qui lui passe sous la main sur les manifestants du Mouvement du 20 février : pierres, planches en bois et sacs d’ordure. En face le cortège de 3 000 personnes serre les rangs, scandant «pacifique ! pacifique !» protégé par les forces antiémeutes et une dizaine de policiers juchés sur des mobylettes qui raisonnent gentiment les lanceurs de pierre sans les arrêter. «On nous a donné la Constitution, on a dit oui, qu’est-ce qu’ils veulent de plus !» poursuit le jeune homme, entouré de ses copains qui hurlent frénétiquement «vive le roi !»tout en brandissant des drapeaux marocains et jurant qu’ils n’ont pas été payés pour jouer les trouble-fête. A dix mètres de là, Amine, membre de ce Mouvement du 20 février qui avait appelé à boycotter le référendum, manifeste presque toutes les semaines depuis quatre mois et revendique son droit à continuer de battre le pavé : «On n’a pas répondu à nos revendications : une santé publique de qualité, un accès égal à l’éducation, moins de corruption, une vraie démocratie au Maroc et une vraie monarchie parlementaire !» Et maintenant qu’une nouvelle Constitution a été largement approuvée par les électeurs ? «On va continuer !»

Frustration. Tout comme ce cortège bloqué dimanche soir par des contre-manifestants tolérés par les forces de l’ordre, le Mouvement du 20 février semble coincé entre l’écrasante victoire du oui et la frustration de voir que la plupart de ses revendications n’ont pas été entendues. Car avec 98,5% d’électeurs qui ont approuvé ce nouveau texte proposé par Mohamed VI, et un taux de participation de 73,4%, le roi du Maroc, 47 ans, qui a succédé à son père en 1999, a relégitimé son pouvoir aux yeux du monde entier et donné une crédibilité forte à sa réforme de la Constitution. Et ce même si la participation record est contestée par une partie de la société civile. «Ce chiffre a été calculé sur la base des 13 millions d’inscrits sur les listes électorales et non pas par rapport aux 24,9 millions d’adultes en âge de voter, et ça change tout», explique l’économiste Fouad Abdelmoumni, qui, aux côtés de trois petits partis politiques de gauche et islamiste, compte déposer devant le Conseil constitutionnel une demande d’invalidation du référendum.

Au vu de ces chiffres officiels, les contestataires apparaissent désormais comme une minorité. «Avec un tel plébiscite, tous ceux qui protestent passent pour des nihilistes ou des fous. Imaginez leur degré d’amertume», commente Karim Tazi, fondateur de la Banque alimentaire et membre d’une plateforme de 600 personnalités de la société civile, créée en avril pour accompagner le processus de révision de la Constitution. «Certes, il y a des avancées dans le nouveau texte, mais on a évacué le vrai débat : la corruption, le dysfonctionnement de la justice, la faillite des services publics», analyse le chef d’entreprise. «On a fait croire aux Marocains que l’adoption de cette Constitution allait tout changer, mais pour résoudre ces problèmes il faut des mesures courageuses et qui ont sans cesse été repoussées depuis douze ans. Qui va les prendre ?» s’interroge-t-il, dubitatif sur la capacité des acteurs politiques actuels à avoir ce courage-là.

Cette crainte d’une fermeture de la parenthèse «du printemps marocain», d’autres la partagent. Car après l’inscription au Journal officiel de la nouvelle Constitution, tout reste à faire. «J’ai voté oui, mais comme la plupart, c’est pour obtenir de vrais changements. On ne veut pas que les choses continuent comme avant», explique Anas el Filali, auteur du blog Bigbrother.ma, qui cite en vrac «l’affairisme, la corruption et l’absence d’une justice équitable». Sur son site, ce trentenaire a fait une liste «d’indicateurs immédiats d’une révolution réussie». En première position : la poursuite devant la justice d’une série d’acteurs économiques épinglés par la Cour des comptes pour des détournements de fonds publics qui remontent à 2009. «Qu’ils soient présentés devant un tribunal, on ne peut pas établir une démocratie sans confiance», insiste Anas el Filali, qui rappelle que le rapport de la Cour des comptes pour l’année 2010, normalement publié en mars, n’a toujours pas été rendu public.

«Gouvernance». Autre affaire passée inaperçue dans la presse, celle du rachat, il y a dix jours, par la Caisse de dépôt et de gestion (CDG), le bras armé financier de l’Etat marocain, d’une filiale en faillite du gigantesque groupe Addoha, premier opérateur immobilier au Maroc. «Le citoyen comprend mal comment et pourquoi la CDG vient à la rescousse du groupe Addoha, qui bénéficie déjà d’un régime fiscal dérogatoire inédit. C’est le monde à l’envers !» commente Ali Bouabid, l’un des membres du bureau politique de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) sur son Facebook. «Quand on établira la liste des "entreprises stratégiques" prévues dans la Constitution, il faudra y penser ! Principes de bonne gouvernance obligent», conclut-il, ironique. L’article 36 de la nouvelle Constitution punit désormais les délits financiers, notamment «les pratiques contraires aux principes de la concurrence libre et loyale dans les relations économiques». Encore faut-il l’appliquer.

Maroc : l’opposition vers l’isolement Lg_lib10 06/07/2011 à 00h00
Par LÉA-LISA WESTERHOFF Correspondante à Rabat (Maroc)

_________________
WWW.MESPOEMES.NET/YOUSSEF
Admin
Admin
Admin
Admin

Messages : 1776
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 55
Localisation : TAZA / MAROC

http://enqueteurs06-99.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum