Connexion

Récupérer mon mot de passe

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
CE QUE JE PROPOSE

Jeu 19 Nov - 14:07 par Admin

POUR LE RÈGLEMENT DU FORUM , JE SUIS DANS L'IMPOSSIBILITÉ DE VOUS OFFRIR UN RÈGLEMENT A SUIVRE TANS QUE C'EST VOTRE FORUM , ALORS LE RESPECT DE L'AUTRE EST LE PRINCIPE , ET JE SUIS SUR QU'ENTRE COLLÈGUES LA CONVIVIALITÉ EST DE MISE .

Commentaires: 0

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Ven 29 Juil - 17:37

Crédit à la consommation Le coût du risque diminue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

default Crédit à la consommation Le coût du risque diminue

Message par Admin le Lun 9 Juil - 13:45



-Il est ramené à 771 millions de DH en 2011 pour les sociétés spécialisées
-Son niveau est cependant toujours élevé
-La production de nouveaux crédits est en baisse depuis 2009



La montée en flèche du coût du risque a donné lieu à un resserrement des conditions d’octroi de crédit. D’ailleurs, la production est sur une tendance baissière depuis 2009

Les sociétés de crédit à la consommation ont ramené leur coût du risque à 771 millions de DH en 2011, en recul de 17%. Deux raisons pourraient expliquer ce recul. Soit la situation des ménages s’est améliorée et ils remboursent correctement leurs crédits, soit l’assainissement des portefeuilles donne ses premiers résultats. Il faut remonter à 2007 pour assister à la dernière baisse du coût du risque. L’année suivante, 2008, marquera la fin de la période faste du crédit conso. La situation du marché s’est nettement dégradée avec une montée en flèche du risque. Malgré son amélioration en 2011, l’on reste dans la fourchette haute sur les cinq dernières années. Le coût du risque a été multiplié par 3,5 entre 2007 et 2011. Les opérateurs ont mécaniquement resserré l’octroi du crédit. La production est carrément sur une tendance baissière depuis 2009. La remontée du risque a significativement impacté les profits des opérateurs en 2009 (-2,3%) et 2010 (-29%). Ils ont rattrapé une partie de leur retard en 2011, après une hausse de 24% des bénéfices à 733 millions de DH.
Si les gros acteurs du marché, majoritairement détenus par des groupes bancaires, ont relativement bien négocié les périodes de vaches maigres, ce n’est pas le cas des autres structures. Diac Salaf notamment a accumulé des pertes importantes depuis quelques années. Après plusieurs tentatives de reprise ratées, la société de financement pourrait disparaître si l’opération de rachat par un fonds d’investissement étranger, en cours actuellement, n’aboutit pas. D’autres structures sont également menacées de disparition, relève un professionnel.
Banque Al-Maghrib semble décidée à encadrer davantage l’activité de crédit à la consommation. En témoigne le relèvement du capital minimum requis de 20 à 50 millions de DH. Avant la nouvelle réglementation, cinq sociétés sur un total de 18 avaient un capital inférieur à 50 millions de DH. Les opérateurs concernés ont jusqu’à août prochain pour se conformer à la réglementation. Comme les banques, les sociétés de financement doivent respecter un ratio de solvabilité minimum de 12% et 9% pour le Tier one, un autre indicateur de solidité des opérateurs.


F. Fa
Édition N° 3822 du 2012/07/09

_________________
WWW.MESPOEMES.NET/YOUSSEF
avatar
Admin
Admin
Admin

Messages : 1776
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 53
Localisation : TAZA / MAROC

http://enqueteurs06-99.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum