Connexion

Récupérer mon mot de passe

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
CE QUE JE PROPOSE

Jeu 19 Nov - 21:07 par Admin

POUR LE RÈGLEMENT DU FORUM , JE SUIS DANS L'IMPOSSIBILITÉ DE VOUS OFFRIR UN RÈGLEMENT A SUIVRE TANS QUE C'EST VOTRE FORUM , ALORS LE RESPECT DE L'AUTRE EST LE PRINCIPE , ET JE SUIS SUR QU'ENTRE COLLÈGUES LA CONVIVIALITÉ EST DE MISE .

Commentaires: 0

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Sam 30 Juil - 0:37

Tomates: Une hausse des prix imminente

Aller en bas

default Tomates: Une hausse des prix imminente

Message par Admin le Lun 19 Mar - 13:01

-Durcissement des contrôles aux frontières espagnoles
-Les plants seront vides en avril
-Conseil aux ménages, stocker le fruit au congélateur


La tomate marocaine a du mal à s’écouler à l’export. Cette semaine les prix sur les marchés européens oscillent entre 0,65 et 0,75 euro le kg exporté. Et ce en raison d’une baisse de la consommation des ménages. La situation est difficile pour les producteurs d’autant plus que sur le marché local le cours de la tomate est aussi en chute. Ainsi au marché de gros d’Inezgane, le prix de la caisse de tomates de 30 kg ne dépasse pas 60 DH alors qu’il y a à peine trois jours il était de 100 DH. Cette baisse des cours tombe vraiment mal car en raison des hausses de températures dans le Souss, principale zone de production des fruits et légumes dans le Royaume, l’offre est importante en ce moment. Et ce, suite à la maturation précoce du fruit, explique Ahmed Mouh Mouh, producteur agricole. Selon lui cette situation devrait changer début avril car les plants seront vides et le fruit manquera. Aussi les cours du produit risquent de flamber le mois prochain, du moins sur le marché local. L’agriculteur conseille d’ailleurs aux ménages d’acheter actuellement de la tomate et de la stocker dans les congélateurs sous forme de sauce tomate pour la période de hausse des prix qui s’annonce. Bien évidemment la conjoncture difficile que traversent les producteurs tant sur le marché local que sur les marchés extérieurs grève énormément leur trésorerie. Mais selon Mouh Mouh la situation devrait se redresser fin mars début avril. Ce qui les inquiète le plus en ce moment ce sont surtout les freins à l’exportation que subissent actuellement les exportations de tomates aux frontières espagnoles. C’est du moins ce qu’avancent des exportateurs marocains. Selon eux, le contrôle des camions s’est beaucoup durci aux frontières espagnoles. ‘’Des camions sont bloqués durant une semaine parfois à la frontière espagnole pour des contrôles phytosanitaires’’, indique Ahmed Mouh Mouh. L’approche de l’entrée en vigueur de l’accord agricole Maroc-UE adopté tout dernièrement serait à l’origine de toute cette pression. Pour rappel, l’accord prévoit dès son entrée en vigueur dans près de trois mois, une augmentation de 20.000 tonnes et de 32.000 dans quatre ans pour les tomates. Pour ce produit phare, l’augmentation des contingents a été limitée et étalée sur 5 années. De plus le droit de douane appliqué à ce fruit a été maintenu à son niveau. Ce qui est un paramètre important de protection.

Fiscalité
Bien que les agriculteurs soient exonérés d’impôt, ils se plaignent des lourdes charges fiscales qu’ils paient indirectement sur leur activité. ‘’Le secteur est surtaxé. Nous payons beaucoup trop d’impôts indirects. Pour un hectare de tomates, c’est 30.000 DH par an de TVA’’, déplore Ahmed Mouh Mouh. Comme lui, les producteurs réunis tout dernièrement en assemblée générale au sein de l’Association des producteurs exportateurs de fruits et légumes (Apefel) réclament la libéralisation des marchés de gros. Ils trouvent trop excessives les taxes d’accès au marché de gros, qui atteint 7% du CA pour chaque producteur désirant accéder au marché de gros. ‘’Il faut absolument supprimer cette taxe’’, soulignent les opérateurs. Une question récurrente: «A qui profite vraiment cette taxe ?’’ Selon Mouh Mouh, à Inezgane 90% des recettes de la municipalité proviennent des taxes perçues au niveau du marché de gros de la localité. Pour tous, il est temps de libéraliser le commerce des fruits et légumes et de supprimer cette taxe en la remplaçant par le payement du service dans les marchés de gros.


Malika ALAMI
Édition N° 3742 du 2012/03/16

_________________
WWW.MESPOEMES.NET/YOUSSEF
avatar
Admin
Admin
Admin

Messages : 1776
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 54
Localisation : TAZA / MAROC

http://enqueteurs06-99.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum