Connexion

Récupérer mon mot de passe

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
CE QUE JE PROPOSE

Jeu 19 Nov - 21:07 par Admin

POUR LE RÈGLEMENT DU FORUM , JE SUIS DANS L'IMPOSSIBILITÉ DE VOUS OFFRIR UN RÈGLEMENT A SUIVRE TANS QUE C'EST VOTRE FORUM , ALORS LE RESPECT DE L'AUTRE EST LE PRINCIPE , ET JE SUIS SUR QU'ENTRE COLLÈGUES LA CONVIVIALITÉ EST DE MISE .

Commentaires: 0

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 17 le Sam 30 Juil - 0:37

Choix des ministres La session extraordinaire du conseil national du PJD reportée

Aller en bas

default Choix des ministres La session extraordinaire du conseil national du PJD reportée

Message par Admin le Mer 7 Déc - 20:01



Il semble que le PJD a besoin d'un peu plus de temps pour trancher dans le choix de ses profils ministrables. La réunion en session extraordinaire de son conseil national prévue initialement dimanche prochain a été reportée pour donner plus de marge de manœuvre aux deux commissions politique et celle des procédures pour préparer leurs documents.

Choix des ministres La session extraordinaire du conseil national du PJD reportée Minist12

Ces documents devront servir de base de travail au conseil national auquel revient de décider du modus operandi pour le choix des profils. Ce sont les statuts même du parti de la lampe qui permettent au conseil national de se pencher sur cette question précise. Contacté, Abdelali Hamieddine, jeune membre du secrétariat général du PJD, affirme que ladite réunion sera effectivement reportée pour y voir plus clair. Au lendemain de la nomination de Abdelilah Benkirane chef du gouvernement, les ténors du parti ne trouvaient aucune gêne à lui déléguer le choix des candidats aux départements ministériels. Une manière de lui épargner les tirs à la corde et tractations internes pouvant perturber ses négociations avec les autres partis pour la formation de la majorité. Benkirane est aujourd'hui sollicité de toute part. C'est un examen de passage qui s'est avéré encore plus corsé après le basculement de l'USFP dans l'opposition. Le nouveau chef du gouvernement est ainsi tiraillé entre les ambitions des siens et les visées d'un cercle désormais réduit de formations politiques avec lesquelles il est appelé à constituer le gouvernement.

Selon les premières indiscrétions, l'on apprend que la présidence de la première Chambre serait accordée d'office au parti de l'Istiqlal. C'est une façon aussi d'aplanir les rugosités qui accompagnent normalement la course au perchoir. L'essentiel est d'aller vers un gouvernement homogène sans trop de heurts et pour faire bonne figure en début de mandat. Toutefois, un autre paramètre entre en jeu. Le PJD veut dégraisser l'Exécutif en réduisant le nombre des ministères, pas plus de 25 avec les secrétariats d'Etat. Il va donc falloir jouer serré pour ne pas heurter les ambitions des partis qui seront au pouvoir. Les têtes d'affiche du PJD se gardent de conjecturer sur leur chance de remporter telle ou telle responsabilité ministérielle. Presque tous s'en remettent aux instances décisionnelles et avant tout à la bonne sagesse du secrétaire général.

Cette discipline rappelle celle que l'Istiqlal a toujours revendiquée jusqu'à ce que sa jeunesse franchisse le Rubicon lorsqu'elle a soumis ses propres propositions pour la réforme de la Constitution. L'usure du pouvoir en a finalement eu raison.
Aujourd'hui que l'on connaît presque définitivement l'architecture de la future opposition, il faut encore patienter pour connaitre celle du gouvernement. Le PAM, le RNI et désormais l'USFP constituent un trio de choc, capable de donner du fil à retordre à n'importe quelle majorité. Le PJD avec l'Istiqlal auxquels s'y ajouteraient le MP et l'UC forment un bloc plus homogène face à cette opposition forte. Il n'en reste pas moins que cette homogénéité tant voulue dépendra de la manière dont Benkirane gérera la distribution des portefeuilles ministériels. Car, il ne faut pas oublier que le Mouvement populaire voudrait éviter les travers de 2007 en négociant mieux sa position au sein de la future majorité. Il en est d'autant plus capable qu'il constitue désormais une bouée de sauvetage pour le PJD après le départ de l'USFP. En interne, Benkirane sera confronté à des choix difficiles. Par exemple, deux profils peuvent bien remplir le poste de ministre du Budget, à savoir l'économiste Najib Boulif et le SG adjoint Lahcen Daoudi.

Le premier est connu pour la profondeur de ses analyses tandis que le deuxième marie bien politique et économie. L'essentiel, c'est que les profils PJD seront tous nouveaux et qu'ils peuvent capitaliser sur le bénéfice que les deux ou trois premières années du mandat gouvernemental sont à même de leur octroyer. La session extraordinaire du Conseil national du PJD doit aussi entériner deux chartes, à savoir celle des députés du parti et celle de ses ministres. Il s'agit d'une première qui s'inscrit dans le cadre de la moralisation de l'action politique, thème cher au parti de la lampe. La formation de Benkirane veut ainsi donner un exemple à suivre aujourd'hui qu'elle doit diriger le gouvernement. L'idée d'une charte d'honneur avait bercé plus d'un parti comme le FFD avant les élections, mais ce n'est qu'après le scrutin qu'un tel document peut avoir de l'effet. En agissant de la sorte, le PJD met la barre très haut et exhorte indirectement ses futurs alliés à adopter la même rigueur.




Par Mostafa Bentak
Choix des ministres La session extraordinaire du conseil national du PJD reportée Lemat109 Publié le : 06.12.2011 | 19h30

_________________
WWW.MESPOEMES.NET/YOUSSEF
Admin
Admin
Admin
Admin

Messages : 1776
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 55
Localisation : TAZA / MAROC

http://enqueteurs06-99.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum